Guarding and proclaiming the unchanging truth in a changing world

Lettre du Président de décembre

Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ vous saluent durant la période de l'Avent !

La saison de l'Avent, l'une des plus anciennes saisons chrétiennes constatées, est arrivée.  Cette saison nous amène à prendre conscience de deux grandes tensions : Le Seigneur Jésus est venu sur terre, et Il reviendra glorieusement pour juger les vivants et les morts.  Ces deux grandes tensions reflètent l'espoir et l'attente des fidèles qui suivent Jésus depuis deux mille ans.  Ma prière est de vivre loyalement dans cette tension entre ces "deux Avents".

Tout d'abord, nous savons que la rédemption est arrivée. L'apôtre Jean déclare, "Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l'annonçons. La vie, en effet, s'est manifestée; nous l'avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l'annonçons, cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous." (1 Jean 1:1-2)  

Imaginez les répercussions de leur vision de la Parole de Vie.  Ils ont vu sa gloire.  Ces disciples l'ont vu.  Ils ont marché avec lui et ont parlé avec lui.  Ils l'ont regardé vivre et mourir.  Ils ont vu sa résurrection et son ascension.  Et sa vie singulièrement glorieuse a changé à jamais la destinée de l'humanité et du cosmos.  Quelle réalité étonnante nous proclamons !  L'un des versets les plus profonds de toutes les Écritures dit, "Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père." (Jean 1:14) 

Ensuite, si nous nous fions au témoignage des fidèles, nous savons également que le monde n'est pas pleinement rétabli.  Nos cœurs ne sauraient s'en dispenser.  Nous voyons la tragédie, la mort, la maladie, l'injustice, la pauvreté, le racisme et la violence, et cela nous amène à nous demander, comme les saints du livre de l'Apocalypse "Encore combien de temps, Seigneur ?".  Nous connaissons les ravages du Coronavirus.  Nous voyons la souffrance de la haine et de l'oppression.  Pour certains d'entre nous, nous ne connaissons que trop bien les dégâts des addictions subies par les proches et les familles.  Alors que certains diraient que la réalité du mal et de la souffrance est une raison de ne pas croire au message chrétien, nous, par la foi, l'amour et la réflexion théologique, nous réfutons le fait que la première et la deuxième venue du Christ marquent la fin du "languissement du péché et de l'erreur". En Jésus-Christ, tout est changé ! Comme l'a écrit le poète français Placide Cappeau en 1843, et que nous chantons à Noël, "le monde fatigué se réjouit" de la venue de Jésus. La souffrance et le mal existent et, par le pouvoir de la Croix et la présence du Saint-Esprit, ils peuvent être mis en quarantaine.  Mais un jour, tout le mal et toute la souffrance seront bannis - pour toujours !

Dans la Communauté Anglicane, nous espérons voir la restitution ainsi plaidée dans les Ecritures, 

"Viens changer notre sort ô Eternel,

comme quand l’eau coule à nouveau |dans les lits des rivières du Néguev.
Qui sème dans les larmes
moissonnera avec des cris de joie !
Qui s’en va en pleurant alors qu’il porte sa semence
reviendra en poussant des cris de joie, alors qu’il portera ses gerbes." (Psaumes 126:4-6)

Tel est le cri de nos cœurs.  Nous déplorons la fracture de l'Église et la division entre les disciples de Jésus.  Nous pleurons ceux qui, en Australie, au Pays de Galles et en Angleterre, ont récemment décidé d'adopter un enseignement qui contredit les lois précises de Dieu. Car nous aussi, nous aspirons à une Église unifiée, centrée sur le Christ, orthodoxe et missionnaire.  Nous souhaitons ardemment que les promesses non tenues, le manque de direction et les barrières relationnelles s'effondrent.  Nous aspirons à ce que la Communauté Anglicane se renforce en Jésus-Christ et respecte les Ecritures.  Nous n'aspirons pas aux jours de gloire, mais nous aspirons et attendons plutôt que le Seigneur, comme le disait J.R.R. Tolkien, rende les choses tragiques mensongères.  

L'ironie de la Foi est que nous attendons.  Nous attendons la restitution. Mais notre attente n'est pas sans action.  L'activité la plus importante d'une église dans l'attente est la repentance - se détourner de nos péchés connus et de notre désobéissance à la Parole de Dieu et aller de l'avant à partir de ce jour dans la sainteté et la vie vertueuse en Lui. Dans son œuvre God is in the Manger: Reflections of Advent and Christmas, Dietrich Bonhoeffer dit : "Dieu peut prendre un nouveau départ avec les hommes quand il le souhaite, mais pas les hommes avec Dieu. Par conséquent, les hommes ne peuvent en aucun cas prendre un nouveau départ ; ils ne peuvent prier que pour l'un d'entre eux. Là où les hommes sont seuls et vivent par leurs propres moyens, il n'y a que ce qui est ancien, le passé." C'est pourquoi la repentance est cruciale.  Nous ne pouvons pas recommencer à zéro, mais nous pleurons de tristesse pour les éléments brisés de notre Communauté et de notre monde, et les personnes détruites qui souffrent sans Jésus pour être sauvées.  Nous nous repentons et trouvons en nous notre propre culpabilité et notre propre péché.  Et comme un soldat en marche, nous nous détournons.  Le mot grec est "metanoia".  Il signifie changer d'avis.  C'est pourquoi l'apôtre Paul le dit aux Romains (et à nous aussi), "Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait." (Romains 12:1-2). Notre acte de repentance renouvelle nos esprits afin de comprendre ce que le Seigneur désire et quels sont ses plans pour son peuple.

Le travail de Gafcon est à la fois d'attendre et d'agir.  Nous attendons la volonté du Seigneur, puis nous avançons dans la foi.  Les missiologues nous disent qu'un tiers du monde s'identifie à la personnalité de Jésus-Christ et à l'Église. Qu'en est-il des quatre autres milliards et demi de personnes ?  Notre engagement dans la déclaration de Jérusalem (article 7) est de "accepter volontiers la Grande Commission du Seigneur ressuscité pour faire des disciples de toutes les nations, pour rechercher ceux qui ne connaissent pas le Christ et pour baptiser, enseigner et amener de nouveaux croyants à la maturité."  Nous attendons, mais nous ne nous retirons pas.  Nous nous repentons, donc "vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu." (Ephésiens 3:18-19).

 La repentance nous amène à voir le monde, et le problème qu'il pose nécessite grandement l'Évangile. J'ai entendu un jour un évêque américain dire ceci lors d'une conférence : "L'enfer est brûlant.  Le temps est court.  Les enjeux sont élevés".  La repentance cultive l'amour envers les derniers, les perdus, et les plus petits avant qu'il ne soit trop tard, et que le deuxième Avent ne soit à nos portes. Ainsi, alors que nous attendons et que nous nous repentons avec détermination, faisons en sorte que l'œuvre de l'Évangile progresse dans la puissance de l'Esprit Saint et atteigne notre monde en vue de Jésus-Christ.

Comme tous les autres primates Gafcon, je chérirais vos prières pour nous.  Priez pour que nous marchions dans la pleine repentance.  Priez que le Christ soit notre plus grande quête.  Mais surtout, priez pour que ce que nous faisons, ce que nous voulons, la manière dont nous servons et dont nous faisons tout cela plaise à Dieu.

Béni soit votre Avent,
Abp. Foley Beach

Keep informed of the latest news, updates and the different ways you can support Gafcon

Gafcon Secretariat, Unit 42/43, Kingspark Business Centre, 152-178 Kingston Road, Surrey, KT3 3ST, United Kingdom

[email protected]

+44 (0)20 3883 8661